LES 10 MEILLEURES CHANSONS DE MAC MILLER

LES 10 MEILLEURES CHANSONS DE MAC MILLER

Je suis encore très ému par la mort de Mac Miller des suites d’une overdose et j’avais envie de lui rendre hommage en parlant évidemment de sa musique.

Quand il est arrivé dans le rap, je pensais que c’était juste le nouveau rappeur blanc à la mode qui tournait chez les lycéens américains et ses premiers projets n’avaient pas beaucoup de substance. Finalement, au fil des années, le gars a eu une progression fulgurante et a balancé un paquet de projets fantastiques, Watching Movies With The Sound Off, Faces, GO:OD AM avant de nous quitter avec le brillant Swimming, sorti le 13 juillet dernier, son projet le plus abouti et l’album que j’ai le plus écouté cette année.

Si tu ne connais pas bien Mac Miller et que tu souhaites découvrir l’artiste, je t’ai mis en fin d’article une playlist avec tous ses meilleurs sons (dispo sur Spoti et Deezer), de sa 1ère mixtape K.I.D.S. à son dernier opus Swimming, les morceaux de mixtape n’étant pas tous dispo sur les plateformes de streaming, passe par la playlist sur notre lecteur pour tout écouter.

Voici 10 sons pour célébrer la carrière de Mac Miller, qui, en peu de temps, aura marqué la musique par sa sensibilité artistique et sa personnalité attachante :


10. Nikes On My Feet

C’est le freestyle qui nous a fait découvrir l’ado Mac Miller, il y a presque quelque chose de générationnel avec ce morceau, comme si c’était une vidéo d’un mec de notre lycée, on se sentait déjà très proche de lui.
On n’était pas encore au « frat rap » un peu bancal de Blue Slide Park, c’était juste un jeune de Pittsburgh qui avait faim et qui voulait prouver quelque chose.
Le sample de Nas déchire autant que les Nikes de Mac qui lâche un vrai morceau de rap boom bap, la prod est lourde, le flow glisse et les rimes claquent, un freestyle qui laissait déjà entrevoir un gros potentiel.


9. The Question

De loin le meilleur morceau de sa mixtape Macadelic, la production nous fout des frissons et on sent qu’il s’agit d’un moment spécial.
Malgré le succès Mac Miller se pose les mêmes questions que n’importe qui et plus particulièrement LA question : I wonder what am I doing here ?

Comme beaucoup d’entre nous, il ne comprend pas le sens de la vie et n’arrive pas à y trouver sa place, il se réfugie dans la drogue faute de trouver les réponses :

Sometimes I wonder who the fuck I am
So I’ve been lookin’ in the mirror and it still don’t make no sense
I’m askin’ what am I supposed to do?
I’ve done so much in my short lifetime, but I haven’t done shit
I done flew around the whole world
First I shook a million hands and I took a million pictures
But I’m a hostage in my own world

I wonder why I sip this devil juice
Cause it feel incredible, problems, I got several

Le couplet de Lil’ Wayne est hors sujet mais on s’en fout un peu, la chanson est beaucoup trop bien et le Martien rappait vraiment bien à l’époque.


8. Ladders

C’est le tube de mon été 2018 (Fuck In My Feelings !!!), c’est le Dang! 2.0, impossible de ne pas bouger la tête quand le beat part, j’aurai juré qu’il s’agissait de KAYTRANADA, ce n’est pas le cas mais c’est clairement inspiré du son du beatmaker canadien, c’est aussi frais que ton rosé, Mac Miller est comme d’habitude très à l’aise sur ce genre de son, il pose un flow aussi chaud que le soleil d’été et lâche un refrain entêtant, si tu ne sais pas avec quoi accompagner tes merguez, balance Ladders et jette les brochettes en l’air au son des trompètes.


7. Aquarium

Un moment fort du perturbant Watching Movies With The Sound Off, un morceau très dur à réécouter aujourd’hui, le sample de Tune-Yards est triste et lumineux et semble presque dire « pray for me » dans le contexte de la chanson, un contraste entre ombre et lumière que l’on retrouve souvent dans les morceaux de Mac Miller, une musique positive et colorée qui dissimule des paroles profondes et tristes.
Avec le recul, Aquarium sonne presque comme un appel à l’aide, il y décrit sa solitude et sa dépression face à une célébrité qui le consume et dont sa seule échappatoire est la drogue, un sujet omniprésent dans son dernier album Swimming.


6. Weekend

Un peu comme J. Cole avec le puissant « Power Trip », Mac Miller a réussi à faire de son plus gros tube une de ses meilleures chansons, un équilibre entre fun et substance que la plupart des artistes n’arrivent jamais à atteindre et que Mac Miller a trouvé sur ses derniers albums.
Weekend est un anti-héros, un morceau qui sonne comme la contre soirée dont tu as besoin pour fuir cet anniversaire chiant à mourir, pique quelques bouteilles, saute dans ta caisse et va faire bordel avec Mac Miller et Miguel.


5. Rain

La collaboration entre Mac Miller et Vince Staples s’est initiée avec l’excellente mixtape, Stolen Youth, intégralement produite par Mac Miller sous son pseudo de beatmaker Larry Fisherman.

Les deux rappeurs se retrouvent pour un échange lyrical intense sur ce sommet de Faces, la production de 9th Wonder est un bijou et Vince Staples lâche le couplet de sa vie.


4. Perfect Circle / God Speed

C’est probablement le morceau le plus important de la carrière de Mac Miller, son Sing About Me, I’m Dying of Thirst.
Ce ride intense de 8 minutes issu de son album GO:OD AM est un voyage psychologique dans la tête d’un addict, un morceau tristement prophétique dont la sublime 2ème partie prend un tout autre sens aujourd’hui :

But I’m stressing, I can’t relax
I swallow my pride and I’m higher than what’s making me mad

Everybody say I need rehab
Cause I’m speedin’ with a blindfold on and won’t be long ‘til they watching me crash
And they don’t wanna see that
They don’t want me to OD and have to talk to my mother
Telling her they could have done more to help me
And she’ll be crying saying that she’ll do anything to have me back
All the nights I’m losing sleep, it was all a dream
There was a time that I believed that
But white lines be numbing them dark times
Them pills that I’m popping, I need to man up
It’s a problem, I need a wake up
Before one morning I don’t wake up


3. Self Care

À l’instar de Perfect Circle / God Speed pour GO:OD AM, Self Care est la pièce centrale du dernier album de Mac Miller, Swimming, et se déroule en 2 actes intenses et contrastés.

Mac Miller évoque deux moments forts de ses dernières années : son accident de voiture et sa rupture avec Ariana Grande, son addiction aux drogues n’est jamais loin et la 2ème partie onirique semble décrire un trip, le seul moyen pour lui de s’évader de sa prison psychologique.


2. Diablo

« Rap Diablo » bien avant Machine Gun Kelly !

C’est le rap que je préfère : beaucoup d’émotion avec très peu de notes.

La poésie noire et philosophique de Mac Miller prend tout son sens sur cette production délicieusement minimaliste construite autour du piano de Duke Ellington, le refrain est lui sublimé par le saxophone plein d’émotion de John Coltrane, classique.


1. Best Day Ever

Difficile de ne pas verser une petite larme à l’écoute de ce classique qui me vient en tête dès que je pense à lui, un morceau lyricalement assez simple mais qui célèbre la vie, c’est la chanson qui m’a fait changer d’avis sur Mac Miller, ce gars avait quelque chose de spécial et il est parti beaucoup trop tôt.

On est entre l’insouciance de la jeunesse et la nostalgie du temps qui passe, on revit notre enfance en quelques secondes, à la vitesse de ce travelling sur le Mac Miller enfant qui court au rythme de cette instru magique pour rejoindre l’adulte qu’il devient, la vie passe à une vitesse folle et il faut essayer de faire de chaque jour le meilleur jour de sa vie, c’est ce message que je retiendrai de l’aura lumineuse et de la joie de vivre qu’émanaient de Mac Miller.

R.I.P.


Playlist pour découvrir Mac Miller

FacebookTwitterShare