LES 50 MEILLEURS MORCEAUX DE 2017

LES 50 MEILLEURS MORCEAUX HIP-HOP DE 2017

Une année 2017 complètement folle… Trump est devenu président, Johnny est mort et pendant ce temps là le Rap est devenu le genre le plus consommé de la musique. Pour la 1ère fois de l’histoire, aucun blanc n’est nominé pour l’album de l’année aux Grammys, damn !
Kendrick Lamar a toujours la couronne vissée sur la tête, Jay-Z, contrairement à Eminem, a prouvé qu’on pouvait encore faire de la bonne musique après 40 ans, Big K.R.I.T. a enfin réalisé son potentiel, BROCKHAMPTON s’est imposé comme le “boys band” du ghetto, le rap féminin s’est enfin trouvé une digne représentante, la résurgence du Grime Rap a continué, Drake nous a comme d’habitude fait danser, Future a fait tomber le masque, Vince Staples a fait du Vince Staples, Goldlink nous a présenté son crew, J.I.D. a rejoint celui de J. Cole et Prodigy nous a quittés, R.I.P.

On a essayé de résumer cette année très riche avec les 50 meilleurs morceaux de 2017, c’est parti :

50. MURS – SUMMER

Le meilleur morceau de Captain California, pas de fioritures, une leçon de storytelling sur une prod entêtante, l’été est sanglant à Cali.

 

49. FREDDIE GIBBS FT. YOUNG BUCK & HIT SCREWFACE – OVERTIME

Il me fallait un Freddie Gibbs dans ce classement ! Je n’ai pas kiffé plus que ça son EP You Only Live 2wice mais le gars est toujours un monstre au mic et quand il pose sur des beats comme ça, t’es sûr que ça va être une folie. Content de savoir que Young Buck est toujours en vie !

Le vinyle du classique de Freddie Gibbs & Madlib, Piñata, est dispo sur le shop :

 

 

48. O.C. & APATHY – WHAT IT’S ALL ABOUT


La prod est louuuuuurde, des airs de C.R.E.A.M. et ce couplet d’Apathy

 

47. FABOLOUS & JADAKISS – SOUL FOOD

Si seulement ces deux-là n’avaient posé que sur des instru soulful de ce calibre sur leur album et pas sur des tentatives Trap et mainstream douteuses…
Ça restera toujours deux des plumes les plus affûtées du game sans aucun album classique…

 

46. GOLDLINK FT. WALE & RADIANT CHILDREN – SUMMATIME

La fin de l’été sur une plage à L.A. avec un refrain qui nous rappelle Erykah Badu.
Pour ceux qui pensent que Goldlink ça se résume à “Crew”, écoutez son album At What Cost, y’a un paquet d’autres bombes.

 

45. NICK GRANT – BOUNCIN’

Sorti en début d’année, on a tous un peu oublié l’album de Nick Grant qui était plutôt bon (sans être incroyable), le gars n’est certes pas le MC le plus charismatique de la Terre mais contrairement à la plupart des rappeurs de la nouvelle génération, tous les Lil’ mes couilles, lui il sait kicker et quand tu lui files une prod explosive ça devient dangereux !

 

44. TYGA FT. VINCE STAPLES – PLAYBOY

Un des duos les plus improbables de l’année et le résultat est aussi surprenant que l’affiche, un banger efficace et minimaliste qui bizarrement n’a pas buzzé plus que ça, si t’es DJ passe moi ça en boîte ça va faire un carton.

 

43. SNOOP DOGG FT. BADBADNOTGOOD – LAVENDER (NIGHTFALL REMIX)

Le meilleur morceau du mauvais dernier album de Snoop, la prod de BADBADNOTGOOD est folle et on se souvient de la polémique causée par le clip puisqu’on y voit Snoop flinguer Donald Trump !

Le classique de Snoop, Doggystyle, est dispo en vinyle sur le shop :

42. DIZZEE RASCAL – THE OTHER SIDE

Raskit était très lourd, on n’en a pas assez parlé, c’est mon son préféré de l’album,
la prod de Cardo est dingue.

 

41. THE MOUSE OUTFIT – BRING ME DOWN

Personne ne parle de ces gars là et pourtant The Mouse Outfit c’est toujours de la putain de bonne musique ! Des instru organiques et jazzy et les meilleurs talents de la scène undeground UK. Cette fois c’est Ellis Meade qui sublime cette composition, s’il te reste un peu de weed c’est le moment de t’en allumer un !

Si tu ne connais pas ce groupe génial, le vinyle de leur 1er album, Escape Music, est dispo sur le shop :

The Mouse Outfit - Escape Music [Vinyle]

 

40. G PERICO – CANT PLAY

Le Blood YG a secoué la West Coast avec deux énormes albums, My Krazy Life et Still Brazy, la réponse des Crips ne s’est pas faite attendre : il s’appelle G Perico, a la voix de Eazy E, la dégaine de DJ Quik et son album All Blue est une folie.

 

39. DRAKE – PASSIONFRUIT

Il faut se rendre à l’évidence, Drake ne fera jamais d’album aussi abouti que Kendrick Lamar, il n’a pas la même profondeur, il a plus le profil d’une pop star que d’un rappeur mais il faut aussi saluer ses qualités, c’est un putain de songwritter et même si sa musique est clairement mainstream c’est de la bonne musique, je ne suis pas fan du gars mais chaque année ses sons tournent dans mes playlists et chaque année il me fait danser.

Les vinyles de Take Care, If You’re Reading This It’s Too Late et Views sont dispo sur le shop :


 

 

38. VINCE STAPLES – CRABS IN A BUCKET

L’intro épique de l’album de Vince Staples qui nous entraîne dans une soirée bizarre et fascinante où tout semble un peu superficiel, la musique est nostalgique mais entraînante, le flow incisif, la voix désanchantée, le pessimisme est le nouveau cool et la danse semble être le remède à la dépression.

Le vinyle “Picture Disc” de Big Fish Theory est dispo sur le shop :

 

37. GORILLAZ – ANDROMEDA

Putain quel concert au Zénith !! T’y étais ? C’était la folie, quel groupe…
Humanz est finalement décevant et les meilleurs sons, à quelques expressions près, restent les singles.

Le vinyle de Humanz est dispo sur le shop :

 

36. JOYNER LUCAS – I’M NOT RACIST

Une claque ce morceau, un des textes de l’année bien mis en image par un clip très réussi.

 

35. DRAKE – GYALCHESTER


Une dinguerie ce piano, Drake en mode If You’re Reading This It’s Too Late, le BANGER de More Life.

 

34. DJ PREMIER & A$AP FERG – OUR STREETS

Un autre duo inattendu qui fait des étincelles, laisse tomber, Papy Primo il fera des classiques jusqu’à 80 ans !

 

33. JOEY BADA$$ FT. SCHOOLBOY Q – ROCKABY BABY

Du bon rap New Yorkais bien crade comme on aime, c’est ce Joey Bada$$ que j’aurai aimé entendre plutôt que la version edulcorée et lisse d’All-Amerikkkan Bada$$. Mention spéciale à la prod bouillante de 1-900 & Chuck Strangers et au couplet explosif de ScHoolboy.

All-Amerikkkan Bada$$ est dispo en vinyle sur le shop :

 

32. KENDRICK LAMAR FT. U2 – XXX


On y arrive ! T’inquiète pas il va y en avoir du Kendrick Lamar dans cette liste mais il est au dessus du lot, sa place est plus haut.
Ce morceau on n’en a pas assez parlé, c’est le banger qui me rend fou sur DAMN., la construction musicale et lyricale complexe met en avant le talent de songwriter et la plume de Kendrick.
Je me souviens quand j’ai vu la tracklist c’est le morceau qui me faisait le plus peur, je me suis dit ça y est Kendrick nous fait une Eminem, au final la dernière partie de U2 est elle aussi très réussie et nous fait penser à du Damon Albarn.
J’imagine pas le bordel à Bercy quand ils vont balancer les sirènes !

Il nous reste quelques vinyles dédicacés de DAMN. sur le shop, dépêche-toi :

 

31. STORMZY – BIG FOR YOUR BOOTS

Après l’énorme Konnichiwa de Skepta, la nouvelle figure du mouvement Grime se nomme Stormzy.
Porté par ce banger sous testostérone, Gang Signs & Prayer a mis tout le monde d’accord, même Adèle !

 

30. GORILLAZ FT. VINCE STAPLES – ASCENSION

Si c’est la fin du monde je veux bien passer ma dernière soirée avec Damon Albarn et Vince Staples !

 

29. CONWAY – 3 BODIES

Une pièce de choix proposée par la boucherie Griselda, un morceau fourni par Statik Selektah et découpé par Conway.

 

28. JONWAYNE – THESE WORDS ARE EVERYTHING

Un moment suspendu dans le temps avec le lyriciste californien, la poésie et la sincérité du texte sont sublimés par une production intimiste et lumineuse, la beauté est dans la simplicité.

Le vinyle de Rap Album Two est à chopper sur le shop :

 

27. CUNNINLYNGUISTS FT. TRIZZ – GONE

Clairement pas le meilleur album des CunninLynguists mais le talent ne disparaît pas du jour au lendemain, même moins inspirés, Kno, Natti et Deacon nous lâchent quelques pépites.
Comme d’habitude Kno nous sort des samples de dingue et ce hook incisif pourrait lancer la carrière du jeune Trizz.

 

26. DRAKE – FREE SMOKE

Une intro froide et létale comme une morsure de serpent, Free Shmoke Free Shmoke !
“How you let the kid fighting ghostwriting rumors turn you to a ghost”

 

25. EARTHGANG FT. J.I.D. – MEDITATE

Longtemps instables, les fondations de l’empire Dreamville sont maintenant très solides et ne reposent plus que sur le succès de J. Cole, Earthgang et J.I.D. font partie des révélations de 2017 et vont définitivement continuer à faire parler d’eux dans les années à venir.

 

24. BROCKHAMPTON – JUNKY

L’uppercut de l’énorme Saturation II, le couplet de Kevin Abstract est complètement dingue :

“Why you always rap about bein’ gay?
‘Cause not enough niggas rap and be gay
Where I come from, niggas get called “faggot” and killed
So I’ma get head from a nigga right here
And they can come and cut my hand off and, and my legs off and
And I’ma still be a boss ’til my head gone”

 

23. KENDRICK LAMAR – THE HEART PT. 4

C’est ce qu’on appelle un retour… Après le jazz rap de To Pimp a Butterfly, on n’attendait pas un tel séisme et comme Big Sean et Drake, on s’est pris une sacrée claque, il ne fallait pas énerver le King !
Le morceau qui a mis littéralement en pause le rapgame en attendant le prochain mouvement de Kendrick Lamar.
P.S. : le dernier beat est dingue.

 

22. JAY-Z – THE STORY OF O.J.

Franchement Jay-Z je ne sais pas qui y croyait encore mais perso je m’attendais à une vraie merde, le Hov’ il m’a bluffé… Qui à son âge sort encore des projets de cette qualité ? Qui à son niveau ose sortir un album entièrement produit par No I.D. ? Sans beat trap ? Sans featuring Future ou Drake ? Qui arrive encore à nous surprendre après plus de 30 ans de carrière ? Personne, c’est pour ça que Jay-Z est le King de New York… en attendant l’album de Nas !

 

21. RAPSODY – SASSY

Un des sons les plus frais de l’année, la nouvelle Queen du Rap ?

 

20. BROCKHAMPTON – GOLD

Le 1er Saturation est inégal mais a quand même quelques bombes dont ce morceau qui a fait exploser le groupe grâce à un groove addictif, un refrain entêtant et des couplets mémorables.

 

19. KENDRICK LAMAR – ELEMENT.

“I don’t do it for the gram i do it for compton”
Le flow de Kung Fu Kenny est aiguisé comme un katana et découpe avec précision et élégance tous ses ennemis. Le piano de James Blake fait la différence.

Il nous reste quelques vinyles dédicacés de DAMN. sur le shop, dépêche-toi :

 

18. FRANK OCEAN – BIKING (SOLO)

Si Frank Ocean n’est pas chaque année dans ma liste c’est qu’il n’aura pas sorti de son, sinon il y sera parce que c’est l’artiste le plus talentueux de sa génération.

 

17. BROCKHAMPTON – BLEACH

BROCKHAMPTON termine son incroyable année 2017 avec le brillant Saturation III porté par ce morceau mélancolique qui nous fait penser à du Frank Ocean, mon son préféré des 3 albums.

 

16. BIG K.R.I.T. – GET AWAY

On a enfin retrouvé le Big K.R.I.T. qu’on a tant kiffé sur ses mixtapes et plus particulièrement sur ce son qui sonne comme le vintage K.R.I.T. avec un sample soul envoûtant et un refrain contagieux, l’outro est juste magique. Pas besoin de préciser que c’est lui qui produit.

Le vinyle dédicacé du triomphant 4Eva Is A Mighty Long Time est en précommande :

15. VINCE STAPLES – 745

Le moment de grâce de l’oppressant Big Fish Theory, le son industriel et métallique de l’album est contrasté par cette balade moderne qui invente le G-Funk du future.

Le vinyle “Picture Disc” de Big Fish Theory est dispo sur le shop :

 

14. SMINO – ANITA

Je n’ai même pas besoin de regarder pour savoir que ce mec est de la scène de Chicago. Son album est une des surprises de l’année, dans la lignée de Chance The Rapper, un rap soulful, musical et coloré, un talent de plus made in Chi-Town.

 

13. J.I.D – LAUDER

The Never Story est la naissance d’un futur grand : J.I.D.
Une voix singulière, presque féminine, un flow imprévisible qui nous rappelle un certain Kendrick Lamar, une dextérité bien supérieure aux rappeurs de sa génération et une maturité musicale impressionnante.
Si on se demandait qui était ce jeune rappeur que venait de signer J. Cole, The Never Story nous donne une réponse claire : il n’est pas que le futur de Dreamville, il est déjà un artiste accompli.
P.S. : oui la prod est de J. Cole.

 

12. DRAKE – DO NOT DISTURB

Avec ce format playlist, Drake a peut-être trouvé la formule gagnante, sa schizophrénie artistique peut enfin s’exprimer sans vraiment se soucier de la cohérence globale ou du sequencing : banger check, son des îles check, son pour les boîtes check, son RnB check, son Trap check, son Grime check, toutes les personnalités de Drake se confrontent mais celle d’Aubrey Graham n’apparaît vraiment qu’à la fin.

 

11. FUTURE – MASK OFF

Fan ou pas de Future, impossible de nier l’impact qu’a cette chanson, à chaque soirée ou concert quand le DJ balance Mask Off, tout le monde devient dingue, la prod de Metro Boomin’ y est pour beaucoup, sans hésiter le beat de l’année, tellement lourd qu’il a réussi l’exploit de remettre la flûte à la mode, c’est les profs de musique qui vont être contents ! Big up à Mme Joly.

 

10. KENDRICK LAMAR – HUMBLE.

Généralement après Mask Off le DJ envoie HUMBLE. et la boîte explose !
On entre dans le top 10 avec King Kendrick et le tube pourtant très hip-hop de DAMN.
La prod de Mike Will Made-It est millimétrée, les lyrics insolentes et le flow désarmant de facilité, Kendrick ridiculise la concurrence et reprend son throne, sit down, be humble.

 

9. JONWAYNE – AFRAID OF US

“Music is the window to the soul”.
Une vie semble passer dans ce morceau.

 

8. JAY-Z – 4:44

La pièce centrale du dernier album de Jay-Z, la production viscérale de No I.D pousse Hov’ dans ses retranchements, le géant du rap est à terre et n’a jamais été si vulnérable, à court d’encre depuis pas mal d’années, c’est avec les larmes de Beyoncé qu’il écrira une de ses plus belles chansons.

 

7. KENDRICK LAMAR – FEAR.

Des lyrics toujours aussi poétiques, urgentes et vitales, l’extrême sincérité de Kendrick face à son miroir est aussi ce qui le différencie des autres qu’il accuse souvent d’être « fake » et quand on écoute des chansons comme FEAR., on ne peut que donner raison à Roc Marciano : « the realest shit I ever heard ».
Kendrick revient sur 3 périodes de sa vie, à 7, 17 puis 27 ans durant lesquelles il a ressenti une intense peur, de la terreur, d’abord celle d’un enfant battu, puis celle d’un adolescent face à la violence des gangs et enfin la peur de tout perdre, son succès, son argent et sa tête, un texte sublimé par le talent de The Alchemist.

 

6. GOLDLINK FT. BRENT FAIYAZ & SHY GLIZZY – CREW

Le morceau le plus addictif de 2017, une fois que t’as sniffé une ligne tu ne peux plus t’en passer, hook de l’année.

 

5. KENDRICK LAMAR – DNA.

Je me souviens encore de ma 1ère écoute de DAMN., je m’étais levé tôt, vers 5h pour écouter plusieurs fois l’album de Kendrick au calme dès sa sortie avant de partir au taff.
J’ai la tête dans le cul, je m’étale sur le canapé dans le noir, casque sur la tête j’envoie l’intro puis DNA. démarre. Le flow de Kendrick me fait ouvrir les yeux, le couplet me soulève et là switch beat… WHAAAAATTTTTT THE FUUUCKKKKK ??!!!! Je n’étais pas prêt. Ce son m’a traumatisé et je crois qu’on est beaucoup dans mon cas !

 

4. CUNNINLYNGUISTS – ANY WAY THE WIND BLOWS

Le bijou caché du dernier album des CunninLynguists, mets-toi au soleil et ferme les yeux.

 

3. BIG K.R.I.T. – PRICE OF FAME

“IF IT DON’T TOUCH MY SOUL I CAN’T LISTEN TO IT”
Je ressens la musique exactement comme Big K.R.I.T. et la musique de Big K.R.I.T. touche mon âme.

 

2. KENDRICK LAMAR – FEEL.

Parfois j’ai l’impression que je n’entends pas la musique de la même façon que les autres… Ce qui me rassure c’est que ma meuf est d’accord, FEEL. est incroyable, pourquoi personne n’en parle ?? Probablement parce qu’il est plus facile de danser que de se regarder dans le miroir. C’est de loin le meilleur morceau de DAMN.
À chaque fois que je l’écoute, je suis obligé de tout arrêter et de vraiment écouter, pas juste d’entendre.
La prod me rappelle ATLiens d’Outkast, dans mon top 3 albums rap, on sent le désespoir et la rage monter dans la voix de Kendrick, la puissance du texte est dans la sincérité brute de l’écriture, l’explosion finale fout des frissons, tout simplement un des plus grands morceaux de Kendrick Lamar.

 

1. BROTHER ALI – PRAY FOR ME

Je me souviens encore de la 1ère fois où j’ai entendu cette chanson. Je rentrai tranquillement du taff, casque vissé sur la tête, je découvrais le nouvel album de Brother Ali, j’arrive rue Couronne, j’entends les premières notes de basse puis le piano, l’instru m’inspire, je sens que ça va être un moment fort, je m’arrête sur le côté du trottoir pour écouter avec attention, je n’étais pas prêt :

« Who’s the new student why he look that way?
A eight-year-old expert determined I’ve got AIDS
A vote must’ve been taken, it became my name
I mean literally AIDS is my name okay »

Je vais te dire depuis que j’ai créé ce blog j’ai découvert beaucoup de choses mais je suis aussi « obligé » d’écouter un paquet de merde pour suivre toutes les sorties et parfois je me demande pourquoi j’aime autant le hip-hop, je ne vais pas te mentir, j’ai même pensé à arrêter le blog, j’ai l’impression que le vrai hip-hop tout le monde s’en bat les couilles aujourd’hui… mais quand j’entends un morceau comme ça et que j’ai des frissons et les larmes aux yeux, je me souviens pourquoi.
Comment la musique peut être si lumineuse avec autant de souffrance ? Demande à Brother Ali, c’est ce qui émane de lui.

La cover est magnifique, à posséder en vinyle, il est dispo ici :

Et si tu n’as pas encore de playlist pour ton nouvel an, on a fait un best of des 150 meilleurs morceaux de l’année, passe de bonnes fêtes !

FacebookTwitterShare
  • AnthonyOKC

    Excellent classement encore une fois! Kendrick est tellement au dessus du lot c’est vraiment exceptionnel et ce top 50 le montre très bien!

    J’en profite pour citer une dizaine de sons que j’ai séché cette année et qui ne sont pas présent :
    -Sampha : Plastic 100°C et surtout Blood on Me
    – Steve Lacy : Dark Red
    – Taylor Bennett : New York Nights
    – Frank Ocean : Chanel, vraiment l’un des meilleurs sons de cette année.
    – GoldLink : Same Clothes As Yesterday et surtout l’incroyable Pray Everyday qui clôt son excellent album.
    – Kendrick Lamar : Déjà tous les meilleurs sons sont présents mais je rajouterai LUST. qui est vraiment hors du commun et qui me rappelle énormément André 3000 dans son prime…
    -Joey Purp : Morning Sex et Money & Bitches feat le génial Mick Jenkins.
    – Vince Staples : La claque Yeah Right et l’un des meilleurs singles de l’année : Big Fish
    – Skinny : 6:00AM, ça dure seulement 1min35 mais c’est exceptionnel
    – Migos : Je suis pas fan du groupe mais T-Shirt est assurément l’une des meilleures prods de l’année
    – SZA : Doves In The Wind avec le couplet délirant de Kendrick, Broken Clocks et Supermodel
    – Denzel Curry : Bloodshed
    – Tyler, The Creator : Foreword, See you again, Boredom , 911 ou encore I Ain’t Got Time..
    – Vic Mensa : Say I Didn’t avec un No ID qui sort un sample génial comme à son habitude.
    – Dizzee Rascal : Make It Last
    – A$AP Mob : What Happens avec tout la team Pro Era
    – Daniel Caesar : Get you et Freudian
    – Syd : Bad Dream/No Looking Back
    – Rapsody : Nobody avec un gros couplet de Black Thoughts et A Rollercoaster Jam Called Love
    – Kelela : Frontline, Jupiter et Better
    – Overdoz : Dance, Last Kiss, 212 et Manifesto
    – Big K.R.I.T : On peut mettre tous les sons de l’album dans le top 200 de l’année donc bon …

  • jack

    je suis d’accords avec la plupart du classement, notament en ce qui
    concerne Brockhamptom. Mais, et je vais surement choqué et me faire
    incendier, mais selon moi au moins un morceau de CULTURE devrait figurer
    au classement, que se soit Bad and Boujee ou bien Tshirt ce sont des
    sons qui ont marqué l’année et qui on ne peut le nier sont des banger
    absolues. La tristesse de ne pas voir de morceaux de Tyler the creator
    meme si c’est peut etre merité…

    • Je suis d’accord avec toi, Bad and Boujee a sa place dans les 50 morceaux hip-hop les plus marquants de l’année, c volontaire de ne pas l’inclure, j’ai pas envie de défendre ce rap mais oui ils ont marqué la culture rap en 2017, rien à dire.
      Pour Tyler j’ai aimé son album mais je n’ai pas réussi à vraiment ressortir un morceau fort, Boredom est sympa, 911 aussi, Who Dat Boy est violente mais ça n’est clairement pas dans mes 50 sons préférés de l’année